En teinture végétale, les plantes ne sont pas directement miscibles entre elles. Il faut des bains successifs pour obtenir la plupart des couleurs. Dans la mesure où ce ne sont pas les mêmes colorants qui apparaissent à froid et à chaud, je mixe souvent la fermentation (pour un premier trempage) et le bouillon (décoction, dans un deuxième temps). les tons ne sont pas toujours homogènes, mais aujourd'hui, c'est ce qui nous plaît !

 On n'est plus dans l'enchantement du fil mohair à la fois brillant et nacré, mais cette fois, la douceur est garantie. J'ai eu beaucoup de mal à photographier certaines nuances, les tons pâles et les nuances subtiles ne passent pas. Pour les verts, j'ai essayé d'approcher les tons en modifiant les photos mais rien à faire, le rendu est inexact, surtout pour les verts de gaude qui ne sont pas du tout homogènes (verts jaunes), vous me pardonnerez. Dans tous les cas, je suis certaine que ces couleurs seront très belles dans un ouvrage...

 

2014-10-281

(les verts de gaude et le bleu ne figurent pas sur ce montage)